Cold Water

Publié le par Ju

blog

Pour faire en sorte qu’on se sente à l’aise et qu’on ne veuille pas tout de suite quitter l’Amérique, on prend le soin, pendant la semaine d’orientation étudiante, de nous passer un film génial, « Cold Water » tourné en 85’ avec une bande d’acteurs bénévoles de haut vol, qui nous expliquent « how to adjust to life in the US » et que le choc culturel, c'est pas facile à vvre.

 

Pour ma part je n’ai pas l’impression de le subir tellement le fameux choc.

 

Déjà, parce que San Francisco est une ville très orientée vers l’Europe,  et où la plupart des gens que l’on rencontre sont des expats ou des gens qui ont beaucoup voyagé.

 

Secundo, parce que toute ma vie, à grand coup de Friends, de films, de photos, de chansons, n’a été qu’une vaste préparation à ce choc. Je savais que les courses vont dans des sacs en kraft et que la cigarette pour eux est un péché mortel. Je savais qu’ils se prennent dans les bras sans cesse, mais ne supportent pas la bise, donc non, pas de choc culturel à anticiper.


Pourtant…


J'ai inventorié certaines choses comme provoquant en moi le sentiment d’un insondable fossé entre la culture US et la mienne :

Un Une caissière, un commerçant  dira toujours « Hi, how are you ? ». Ca c’est toujours très perturbant… Dans le feu de l’action je me lance dans un « fine and you » comme il est apprécié de le faire, mais la plupart du temps je blémis et bafouille… (et réclame mon bagel, généralement)

 kraft_macaroni_cheese1.jpg

Les  Les choses en boîte et les trucs en poudre.

Les américains se font une spécialité des « mac and cheese » c'est-à-dire des macaronis au cheddar, pour les faire apparaitre c’est très simple : ajoutez une mesure d’eau et une mesure d’huile avec la poudre. Et hop ça fait des macaronis.

Ils ont également des pizzas en conserve (une pâte précuite à mettre au four, versez le contenu d’une canette fournie avec en guise de garniture) des huitres en boite (encore iodées, je suis sure !), du gras en bouteille ( !) et de la gélatine en portions individuelles.

 

Je m’exclame tellement intérieurement quand je vais faire mes courses que j’ai l’impression d’être Jean Pierre Coffe.

 

Le   Le fait d’acheter ses médicaments au supermarché. Ils sont dingues.

 

La    Les "little chats" permanents. Ces petites discussion de une à dix minutes, dans le bus ou en sortie de boîte font tout le charme du voyage. Elles se terminent par un sourire et l’assurance de ne plus jamais se revoir ce qui est assez perturbant pour moi.

 

La   La façon de danser On se balance d’un pied sur l’autre, le tout accompagné d’un mouvement d’épaules en cadence. Totalement monotone et chiant.

La seule exception à ce mouvement, c’est la parade amoureuse. Mademoiselle, colle son postérieur contre les hanches de monsieur, fais des mouvements d’avant en arrière, avance le buste à 90 degrés et, en gros, le tout donne la version habillée d’une sodomie en bonne et due forme sur le dancefloor.

 

Elégance et raffinement.

 

GG  Good Morning America, l’émission matinâle  number one aux USA. Je pensais tomber sur un réveil tout en douceur, à grand coup de recettes de cuisine et de conseils mode, comme avec mon William Leymergie adoré. Eh ben non.

 

Extrait : « Bonjour et bienvenue à Good Morning America ! Bon réveil à tous ! Dans cette émission nous avons rdv avec les jumelles Olsen, dont le nouveau DVD vient de paraitre ! Nous aurons ensuite une interview exclusive de Diane M. la femme qui a brulé son bébé avant de le manger ! Nos invités discuteront du fait si le cannibalisme est une simple tendance ou un problème de fond ! Mais tout de suite, la météo avec Roger ! »

 

Ca réveille, c’ests ûr. La vision de la photo du cadavre calciné de Jordy, 3 mois, va achever de dégouter de la tartine de confiture devant soi.

 kennethcole_goodmorningamerica.jpg

La liste pourrait être encore longue des choses qui provoquent en moi le sentiment d’un monde séparant l’Europe de l’Amérique. Toutes ces petites choses vont d’ailleurs se cristalliser, et s’agglomérer, en un seul et même lieu : la fac.

 

Prochain post à venir.

 

Publié dans Le cours des choses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Paolo Panzzani 09/02/2010 21:02


Des pâtes en poudre? Jamais!
J'annule tout.


Carole 08/02/2010 04:45


Muahahahhhahhhhh Juliette!!! Tu résumes si bien toutes ces choses!!! PArticulièrement le "Hi how are u" de la caissière... J'en suis encore au "I'm fine, thanks" murmuré en rougissant... !! Hier,
nos potes américains ont essayé de nous apprendre quoi répondre à "How are u doing", et surtout, "What's up"!!!
Ya du boulot... MDR