Bay to Breakers

Publié le par Ju

Qu'est ce que "Bay to Breakers" te demandes-tu lecteur face à ce titre d'article ?

 

 

Eh bien, c'est une course à pied, 12km entre l'Embarcadero (qui délimite au Nord-Est l'entrée dans la Baie) et Ocean Beach la plage qui borde la partie Ouest de la péninsule.

 

SDC11177.JPGCourue par environ 50 000 à 70 000 coureurs,elle dure environ 40 minutes pour le premier arrivé.

 

Mais là n'est pas l'intérêt. Telle que vous me connaissez, si c'était une simple course à pied, je me serai pas fendue d'un post juste sur ça, ou alors ça aurait été pour déblatérer sur le fait que je ne comprendrai jamais ô grand jamais que quelqu'un, quelque part ,puisse aimer s'infliger de courir volontairement si c'est pas derrière un bus.

 

Allez-y, jette moi des tomates vertes ami du jogging du dimanche, mais moi la course à pied, je considère que c'est une aberration.

 

Cette course, Bay to Breakers, est emblématique de San Francisco, car elle est avant tout un gros prétexte pour ses habitants pour se livrer à leurs plaisirs favoris, j'ai nommé "Danser", "Etre bourré le matin"et "Déambuler, nu".

 

Comme un espace beaucoup trop long sépare la St Patrick (oùl' on boit de la bière irlandaise, on danse dans la rue et quelqu'un finit à poil) du 4 juillet (où l'on boit de la bière américaine, on danse dans la rue, et quelqu'un finit à poil) les San Franciscains ont crée Bay to Breakers.

 

S'il y a 50 000 coureurs, environ la moitié d'entre eux ne sont pas déclarés et participent en toute illégalité pour s'adonner au bonheur simple de courir au vent les parties génitales à l'air. Ca commence assez tôt, vers 8h du mat pour ceux qui veulent vraiment suivre la course, ça se termine tard. Les coureurs finissent par se jeter dans l'océan pour finir la course, mais du reste la ville est en fête.

 

SDC11101.JPGBon, tout le monde n'est pas nu. La très très grande majorité des "breakers" est en effet déguisée, le plus trash sera le mieux, on enfile donc la vieille perruque, son justaucorps favori et on va danser, une PBR (une marque de bière américaine comme on n'en fait plus, le pack à 5 dollars) à la main au rythme de la musique passée à fond dans les rues.

 

Le but est de faire une "team" avec 5 ou 6 potes et de se déguiser tous pareils. J'ai bien rigolé au passage de la bande de bananes, d'un groupe de douze asiatiques en pandas.

 

I wish I knew, moi je suis restée avec ma bande de douze potes certes, mais sans team. J'avais un joli boa cela dit.

 

On se réunit autour des artères dont la circulation est bloquée pour l'occasion, les flics se foutent de l'odeur puissante de marie-jeanette qui flotte dans l'air. Les maisons qui bordent le cortège informel (qui s'éparpille dans toute la ville) sont en mode "open house", les DJ amateurs se font un plaisir d'envoyer à plein watts du gros son débile et ça dure jusqu'au petit matin.

 

SDC11218Ce n'est pas sans rappeler le Carnaval du Nord...sauf qu'ici la tradition n'est pas ritualisée, il n'y a pas de jargon carnavaleux, pas de tambours, pas de sécularisation. C'est juste une grosse beuverie collective, truculente et joyeuse.

 

Certes SF étant une ville où règne perpétuellement une ambiance de carnaval, il n'empêche que le déchainement des San Franciscains fait plaisir à voir.

 

Certains ne traversaient même plus quand le bonhomme était vert. Grosse relâche.

Publié dans God bless america

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article